Le RP du Midi (par Epic Robert)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le RP du Midi (par Epic Robert)

Message  Pierrus le Jeu 15 Nov - 14:42

N'ayant pas de personnalité et Rapp ayant écrit le début de son RP, je me devais de riposter de manière cinglante (voire sanglante) au risque de perdre la face et de ne plus pouvoir me regarder dans la glace le matin (qui a dit que j'en faisait trop ?) détendez-vous donc et profitez de la belle aventure du grenadier Robert.

Le petit matin se levait sur le camp des grenadiers (oui tous les RP commencent le matin, je n'ai aucune personnalité j'avais prévenu) et le Sous-Lieutenant Stéphane commençait déjà à hurler qu'il allait "mute" ceux qui parlaient trop fort.
Alors qu'un vélite demandait ce qu'était ce fameux "mute", notre officier préféré (en même temps c'est le seul) se saisit du sabre briquet de la recrue et lui trancha la langue dans un mouvement souple et assuré montrant sa grande expérience de la chose.
C'est à ce moment là que notre héros, le Caporal Robert, se réveilla, emmitouflé dans le drapeau Prussien volé la veille car il "le trouvait joli". S'étirant violemment non sans mettre son pied sous le nez de son camarade Sudiste, le Caporal Gaston il demanda d'une voix suave et transpirant d'intelligence "C'EST PAS BIENTÔT FINI CE BORDEL, CON ? Y EN A QUI VEULENT DORMIR ICI BANDE DE RACLURES".
Entendant ces paroles avisées, Stéphane entra dans la tente des caporaux pour y trouver trois loukoums à moitié endormis, il leva haut la langue du vélite en hurlant "DEBOUT BANDE DE NOOB OU JE VOUS LA FAIT BOUFFER FAÇON TARTARE"
Ce à quoi Kernage répondit "groumpfoumchgluk".

Une demi-heure plus tard et après moult coups de mousquets, le régiment tout entier était aligné, le grenadier Rapp finissait de coudre son deuxième chevron qui n'arrêtait pas de se décrocher "un signe du destin" d'après Schwarzie qui s'y connaissait en destin comme le montrait les nombreux sillons de balles laissés sur son visage au fil des LB.

Le Sous-Lieutenant fit un pas vers ses hommes et, tout en marchant le long de la ligne, éructa un discours fort bien préparé "BANDE DE NOOB (ceci étant la seule introduction qu'il connaissait à ses discours) AUJOURD'HUI NOUS SOMMES CONVOQUES, MOI ET LES SERGENTS PAR LE GÉNÉRAL POUR, JE CITE, "triller des lentilles" MAIS JE NE PEUX PAS VOUS EN DIRE PLUS, VOUS GARDEREZ DONC NOTRE PRÉCIEUSE BASE PENDANT NOTRE ABSENCE, DES MOUVEMENTS PRUSSIENS ON ÉTÉ REPÉRÉS NON LOIN, APPAREMMENT ILS VEULENT RÉCUPÉRER LEURS COULEURS VOLÉES PAR L'ENNEMI, JE N'AI PAS TRÈS BIEN COMPRIS MAIS FAÎTES GAFFE, CAPORAL GASTON VOUS ÊTES EN CHARGE DU CAMP"
Le susdit caporal s'avança d'un pas en protestant "Ah mais non moi je peux pas j'ai piscine puis après faut que j'aille chercher ma fille et tondre la pelouse et puis..."
Stéphane interrompit cette passionnante intervention d'un coup de pied bien placé "TRÈS BIEN ESPÈCE DE NOOB, LE CAPORAL ROBERT COMMANDERA LE CAMP" cette déclaration fut accueillie d'un ricanement du grenadier aux deux chevrons lui même accueilli par un bruit de claque qui le fit stopper.

"BIEN MAINTENANT NOUS PARTONS, SKIKERS TU SURVEILLE NOS ARRIERES ET LES AUTRES EN LIGNE A MA DROITE ON Y VA"
"On devrait plutôt faire une double ligne on aura plus de puissance de feu" s'exclama Caran
"HORS DE QUESTION NOOB, DESAIX J'AI DIT A MA DROITE POURQUOI TU TE MET DEVANT MOI ? CA S'ARRANGE VRAIMENT PAS TES PROBLÈMES D'ALCOOL"

Les chefs étaient partis depuis maintenant trois heures, le soleil brillait haut dans le ciel et la vie du camp avait repris son cours, le Caporal Robert s'était enfermé dans la tante de commandant et refusait d'en sortir alors que Gaston préparait un saucisse aligot tout en marmonnant une étrange chanson à propos de défonçage d'appareil de conservation de la nourriture, Kernage essayait d'expliquer tant bien que mal aux vélites comment tenir un fusil et que le bout en métal n'était pas fait pour planter les tentes mais pour enfoncer dans les ennemis.

A quelque mètres de là le grognard Schwarzie discutait bruyamment avec les grenadiers, chevronnés ou non,
de techniques d'esquive de balles et boulets ennemis "En fait la technique c'est de se cacher derrière les autres et quand un Sergent te fait la remarque tu dis que t'as trébuché" affirmait un premier chevron "mais non en fait quand on te dit de charger tu fais demi tour et tu laisse les autres prendre" lâchait un autre grenadier à moustache, l'air connaisseur.

Mais alors que le débat battait son plein, la vélite qu'on avait collé sur le mirador se mit à hurler façon Nafissatou Diallo "OH MON DIEU DES ENNEMIS ILS ARRIVENT ILS SONT PLEINS J'AI PEUR AU SECOURS SAUVEZ MOI" avant de se prendre une balle dans le buffet et de chuter du Mirador en hurlant.
Le Caporal Robert, dans son uniforme d'officier, probablement volé à Stéphane, sortit de la tente, une longue vue à la main et une épée dans l'autre en hurlant des ordres ressemblant vaguement à "FAÎTES UNE COLONNE ET PAS DE PANIQUE BORDEL DE CHIÉE" en trente seconde la colonne était formée devant la tente et un son de trompette se fit entendre...

A suivre, si si le Cliffhanger, n'oubliez pas d'aimer et de commenter et abonnez vous à ma chaîne... Oh wait ! perplexe

_________________
Si vis pacem, para bellum (Celui qui veut la paix, prépare la guerre):adage romain

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
Pierrus

Messages : 1389
Date d'inscription : 17/01/2011
Age : 103
Localisation : Toulouse (31)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum