Quatres frères

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Quatres frères

Message  Archange le Mer 19 Jan - 18:16

Voici une fic que j'avais commencé il y a à peu prés un an sur un autre forum. Cela ce passe sur un monde fictif mais avec un niveau technologique globalement équivalent à l'époque napoléonienne sur notre bonne vieille terre :D



"
-Hausse à110 degrés droit sur leurs lignes !!!!! Double charge de Shrapnel !!! Prêt ? Envoyez-les en enfer !!!!"

Les servants du canon actionnèrent leur engin de mort et la charge s'envola, pour atterrir ? quelques centaines de mètres de l? Sur les fantassins qui couraient en chantant !!!

L'explosion déchiqueta et projeta en l'air des dizaines de soldats et ralentit la charge, leurs camarades hésitèrent puis repartirent de plus belle en laissant derrière eux les restes encore fumant et ensanglantés de ceux qui partageaient leur vie quelques instant plus t?t.

Alors que le reste de sa compagnie s'éloignait, Geofroy émergea de l'inconscience.
Il respira une grosse goulée d'air, et s'étouffa presque à Cause de la fumée.
Ses yeux le piquaient, sa main gauche lui faisait mal...
Il se redressa tant bien que mal, et vie que du sang taché son bel uniforme orange, fort heureusement ce n'était pas le sien !!

Il se redressa lentement. Tous ses os le faisaient souffrir, le souffle de l'explosion l'avait projeté Plusieurs mètres plus loin. Il décida qu'il n'était pas blessé et entreprit de se relever.
Il vit que ses compagnons d'armes venaient d'atteindre le bois où était positionnée quelques pièces d'artillerie ashuréennes.

C'est alors que Geofroy se rendit compte qu'il avait perdu son arme dans l'explosion. Il s'empressa donc de récupérer un mousquet qui trainait à côté de lui et vérifia si il avait toujours sa sacoche de poudre et de munition.

C'était le cas.

Il allait partir rejoindre le reste de son régiment au pas de course quand il pensa ? vérifier si il ne restait pas d'autres survivants comme lui dans les parages. Les artilleurs ennemies avaient en effet tir? en plein sur la ligne de fantassins, causant une douzaine de victimes. Geofroy regarda donc ? sa droite et vie que Henry le regardait.

"Allez debout vieux !! Faut qu'on tente de.... "

Sa voix refusait de sortir de sa gorge. Henry, son ami, son frère !! Lui qui s'était engag?é en même temps que lui aprés les guerres du nord.

C'était Avec lui qu'il s'était entrainé pendant prés de deux ans dans toutes les garnisons du royaume !!
Avec lui qu'il ?tait partie insouciant dans cet horrible endroit, la tête pleine de rêve de glorieux combats et de victoire facile sur ces traitres D'Ashuréens !


C'était lui... et pourtant il ne restait plus qu'une tête pour lui rappeler son ami, le reste de son corps devait trainer par-ci par l?...

"Hé mec !! Faut pas rester l? !!! Leur cavalerie est derrière nous !!! "

Geofroy avait perdu toute notion du temps et quand le soldat, vint le secouer, il prit conscience que des hommes appartenant ? tous les corps d'armée refluaient dans le désordre vers les lignes alliées.

Il se releva et suivit le mouvement. De maniére automatique, abandonnant Henry sur le sol recouvert de sang et de cendres encore fumantes.

Les fuyards parcoururent ainsi quelques centainnes de mètres avant d'arriver ? une petite ferme, o? ils virent d'autres soldats revenir dans leur direction.

"
-Mais qu'est que vous faites !! Vous ?tes tarés !! Ils sont derriéres nous !!!"

-Ils sont devant aussi les gars !! On est encerclés !!

-Dans les bâtiments !! Au moins la cavalerie pourra pas nous déloger !!!"

La centaine de fugitif qui étaient arrivés plus ou moins au même raisonnement, défonça les portes de l'étable, des écuries et du bâtiment d'habitation.


Geoffroy opta pour la maison et se précipita à l'étage pendant que les soldats renversaient les tables et les tabourets pour barricader la position.

En haut, dans les couloir se trouvait un vieux sergent bourru et aigrie par des années de guerres qui tentaient d'organiser le flot de soldat dans le bâtiment remplie ? craquer. C'était probablement l'homme le plus gradé encore en vie parmi les soldats prit au piège.

"Toi là-bas !! Va dans cette salle et poste toi ? la fenêtre !!"

Geoffroy obtempéra et rentra dans la salle.

La ferme était plutôt spacieuse, elle appartenait probablement à des paysans riches car un vrai lit se trouvait dans la chambre.

Trois autres soldats étaient déja positionnés, l'un d'entre eux portait la tenue d'?t? verte des trappeurs et s'était agenouillé face à la fenètre.

Les lignards ne lui refusèrent pas la place, les trappeurs étant généralement d'excellent tireur, et se contentèrent de s'assoir sur le lit et de s'organiser pour recharger et faire passer les mousquets au tireur.

Le silence se fit bientôt entendre dans le bâtiment.

Que faisaient-ils là ? Sans commandement ? Sans ordres ? Esseulés dans cette ferme, prit en tenaille par les Ashuréens.

Au bout de quelques minutes un murmure naquit et se répandit de pièce en pièce: une vingtaine de cavaliers se dirigeaient vers la ferme.

Le trappeur les regarda:
"Bah... si on attend qu’ils soient suffisamment prés on devrait pouvoir en flinguer pas mal. De toute façon, ils peuvent rien faire contre nous."

Geoffroy et les autres lignards acquiescèrent.
Le trappeur épaula son arme et commença à marmonner:
"Ne tirez pas les gars... c'est trop tôt... pas encore... encore un peu... allez stressez pas... ouais l? vous pouvez y aller... et..."

Des détonations commencèrent à partir des écuries à leur gauche et bientôt tout les tireurs de la maison de la grange firent de même, sans compter les militaires embusqués dérrière les charrettes, les meules de fois, les barrières, le puits....

Le trappeur tira, le fracas de son arme s'ajouta au vacarme ambiant.
Un des compagnon de Geoffroy lui tendit un mousquet alors que l'autre récupèrer celui décharger pour commencer à le recharger.

Geoffroy fit de même avec le mousquet suivant, et ainsi de suite.

Il effectuèrent ainsi deux rotation en seulement quelques secondes, moins d'une minute.

"C'est bon les gars vous stressez pas. Les trois-quatre encore en vie sont déjà hors de portée. Reposez vous , sa va empirer à mon avis." leur dit le trappeur.

Un cri raisonna dans la demeure:
"Ben putain les mecs !! L'infanterie Y'a que ?a de vraie !!"






Archange

Messages : 10
Date d'inscription : 18/01/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quatres frères

Message  Archange le Ven 21 Jan - 17:09

La voila ! :D Par contre j'ia aps enlevé les ?; si vous comprenez pas j'éditerais...
Sinon j'explique un contexte géopolitique inconnue donc si vous voulez des précisions...
.


? Ils mettent le paquet ici j?ai l?impress? ?

Les autres n?entendirent pas la fin de la phrase de MAnfred ? cause du bruit de la d?tonation.

?

- C?est pas notre probl?me MAnfred, beugla le sergent, rendu ? moiti? sourd par des ann?es de service, contentes toi de charger Rosalie et de la fermer !!

-Ouais, ouais sergent. ?

Il commen?a ? introduire un boulet dans le canon, et attendit que Samuel finisse de boire pour le laisser l?enfoncer.

Le sergent se mit ? observer la plaine en contrebas. C??tait le seul artilleur de la batterie a avoir gard? la veste orange et verte des artilleurs. Tous les autres l?avaient enlev? : ? partir de la premi?re demi-heure, la chaleur devenait quasi-insoutenable ? proximit? des canons.

Fabrice admirait cet homme. Il avait une cinquantaine d?ann?e et ?t? donc n? une vingtaine d?ann?e apr?s l??mancipation du Royaume vis-?-vis du Grand Empire d?Isalan. Il avait pass? son enfance dans un pays rong? par la famine. En effet, l?empereur n?avait pas tol?rer cette r?volte du roi des provinces du nord : Ferdinand premier du nom, Ferdinand le grand comme on l?appelle dans le nord. Les arm?es imp?riales ont donc attaqu? le Royaume, contraignant la population ? se r?fugier dans les montagnes enneig?es et sur la banquise, dont les tribus locales avaient accept?s d?accueillir quelques r?fugi?s.
Ferdinand 1er n?eut d?autre choix que d?abandonner son palais ? Warren et de se r?fugier avec son arm?e dans les for?ts enneig?es. S?en suivie 10 ann?es d?actes de gu?rilla, de famine et de pilages.

Fabrice essaya d?imaginer le sergent, ? 5 ou 6 ans, contraint de vivre de cueillette et de chasse dans les bois, loin des plaines fertiles du sud.
Mais, l?empereur, voyant son arm?e peiner ? pacifier le territoire, notamment ? cause du climat ex?crable, d?cida de faire venir la plus grande partie de son arm?e de la principaut? de Vangris, un de ses territoire situ? lui aussi tr?s pr?s de la banquise, mais plusieurs centaines de kilom?tre ? l?Ouest du Royaume du nord.

Ce fut sa premi?re erreur, car Ferdinand premier ordonna ? ce qui restait de sa flotte de quitter son mouillage pr?s de la banquise, pour port? une missive au prince de Vangris. La flottille fut rep?r?e et d?truite, mais un sloop parvint n?anmoins ? rejoindre Port-Vangris et ? transmettre le message.
Nul ne sait ce que le roi nordiste avait ?crit, mais son confr?re d?clara presque imm?diatement l?ind?pendance de la principaut? et leva des hommes en masse. Dans le royaume du nord, l?arm?e de la principaut? d?serta les divisions imp?riales et rejoignirent les forces nordistes.

Les imp?riaux ?taient enlis?s dans deux guerres, o? le climat emp?chait leur ?crasantes sup?riorit? num?riques et technologique de faire la diff?rence.
La situation resta ainsi fig?e pendant encore dix ans, mais les nordistes commen?ais ? s?organisaient et leur vie s??tait consid?rablement am?lior?e. En l?an 985, ils reprirent m?me Warren aux troupes de la premi?re arm?e du Rift et aux gardes de l?empereur, la division d??lite de l?empire d?Isalan.

Le sergent lui avait confi? un jour, que c?est cette m?me ann?e qu?il avait rejoint l?arm?e du royaume. Le Roi avait ordonn? de reformer un r?giment d?artillerie. En effet, les canons ?taient quasi-inefficaces dans des actions de gu?rilla et avait ?t? abandonn? lors de l?exode. Il recruta donc des hommes ayant des aptitudes pour le bricolage de fortune pour se servir des pi?ces captur?es en m?me temps que la ville. Les jeunes hommes durent apprendre presque sans aides ? se servir de leurs canons, et formaient probablement la batterie la plus path?tique de tout les temps.

C?est comme ?a qu?en 986 l?empire ashur?en d?cida d?attaquer son voisin affaibli depuis le sud.

C?est alors que l?empire d?Isalan implosa litt?ralement : les flottes imp?riales, qui mouillait dans les cit?s-marchandes de l?Est furent sabord?es ou rejoint les habitants de ces derni?res lors d?une r?volte des notables de ces thalassocraties.

Les soldats de la principaut? de Vangris et du Royaume du nord repouss?rent pour la premi?re fois les imp?riaux hors de leur fronti?res. Des mouvements de r?voltes ?clat?rent dans toutes les villes de l?Empire et les mutineries se g?n?ralisaient au fur et ? mesure de l?avanc?e exceptionnelle des forces ashur?ennes dans le pays.

Finalement, en 988, la cit? imp?riale tomba. Sur les ruines du vieille empire, naquirent 5 nouveaux ?tats : la f?d?ration du Rift, le Royaume de Vagran, le grand-royaume de Thyr et les archiduch?s de Lozan et Doran, ainsi que les cit?-marchandes, qui s??mancip?rent une fois pour toute du joug imp?rial.
L?empereur ashur?ens de l??poque, Ashur?e XXXI, se contenta d?imposer des taxes raisonnables ? ces jeunes ?tats, ainsi que d?annexer la vall?e d?Urb?, dont il revendiquait la souverainet? depuis longtemps. La cit? imp?riale, d?sormais capitale de l?archi-duch? de Doran, ?tait toutefois occup?e par des troupes ashur?ennes.

La paix r?gna alors dans cette partie du monde, c?est tout juste si quelques conflits mineurs ?clat?rent entre les quelques pays. Mais en r?gle g?n?ral, le commerce ?tait la principale activit? et ces pays du nord du premier continent exp?diaient leurs fourrure et bois aux sultanats du sud via l?Empire ashur?en, devenue l??picentre du commerce mondial ou au pays du second continent via les cit? marchandes. Seul la principaut? de Vangris resta ? l??cart de se d?veloppement ?conomique et ferma ses ambassades.

Mais en 999, quelques jours ? peine avant le nouveau mill?naire, Ashur?e XXXI mourrut, et son neveu, Ashur?e XXXII prit le pouvoir ? la suite
d?un coup d??tat ex?cut? dans les r?gles de l?art et qui passa inaper?u.
Ce dernier avait n?anmoins des r?ves expansionnistes et, profitant d?une alliance avec le sultanat d?Yrba, ramena la plus grosse partie de l?arm?e du sud aux fronti?res des deux archiduch?s du nord, et en 1001, ordonna ? ses troupes d?attaquer par surprise, sans d?claration de guerre. Sous l?influence de Ferdinand II, le fils de l?ancien monarque nordiste, la ligue d?Isalan, regroupant toutes les anciennes provinces du vieil empire, ? l?exception de la principaut? de Vangris et des cit?s marchandes, rest?s neutres.

C?est au cours de cette guerre, nomm?e plus tard la grande guerre, que le sergent, affect?s en ces temps l? ? la batterie d?Harwick s?endurcit et devint un vrai v?t?ran.

Mais si la puissance combin?e des 6 ?taient consid?rables, ils ne pouvaient rien face aux innombrables arm?es ashur?ennes, et ne firent que reculer.
Fort heureusement, en 1007, alors que la cit? imp?riales venait de tomb? une nouvelle fois entre des mains ashur?ennes, le sultanat d?Yrba subit une d?faite s?v?re ? Jelka et ne pouvait plus d?fendre son alli? du nord. L?avanc?e des ashur?ens fut imm?diatement stopp?e et les arm?es du sud reprirent leurs positions initiales ? la fronti?re du d?sert. Mais si Ashur?e XXXII n?avait pas r?ussis ? s?emparer de l?ex-Isalan, il avait tout de m?me annex? les archi-duch?s de Lozan et Doran.

Ces dans les mois qui suivirent que Fabrice et ses fr?res naquirent dans la vall?e d?Harwick, au sud du royaume du nord. Ils v?curent simplement leur vie de paysans, all?rent une ou de fois ? Warren ou ? Fort-ville pour vendre des champignons rares et acheter de nouveaux outils. Lui et ses fr?res ?taient ins?parables, c??taient des quadrupl?s. Or, tous avaient surv?cu ? la mise au monde, un vrai miracle.

Mais quand, le jour m?me de leurs 17 ans, le roi apprit que des nouvelles alliances avaient ?t? nou?es dans le sud et que les ashur?ens ramenait une nouvelle fois leurs arm?es du sud et les regroup?es pr?s de la cit? imp?riale, il ordonna la lev?e en masse. Fabrice, Geoffroy et Andr? s?engag?rent imm?diatement dans l?arm?e, laissant Hubert ? la ferme pour qu?il s?occupe de leur m?re, malade. A partir de leur enr?lement, Fabrice n?eut plus aunes nouvelles de ses fr?res, il savait juste qu?ils avaient ?t? int?gr?s comme lui ? la division d?Harwick/Fort-ville. Mais celle-ci comprenait plus de 10 000 hommes.

Il s?entraina pendant deux ans avant d??tre envoy? avec la division dans la conf?d?ration du Rift. Il fit l? son bapt?me du feu. En effet, les d?put?s de la conf?d?ration ?taient parfaitement incapables de se mettre d?accord sur l?attitude ? suivre vis-?-vis de la menace ashur?enne. Une guerre civile ?clata alors entre les pro-ligues d?Isalan et les pro-ashur?ens. Les royaumes du nord, de Vagran et de Tyr envoy?rent donc leurs troupes combattre au cot? des d?put?s du partie Isalanistes. En deux mois la guerre fut plier et la batterie d?Harwick se distingua par la pr?cision de ses tirs lors de la prise de Port-nouveau.

Les 4 pays de la ligue d?Isalan d?cid?rent d?attaquer les ashur?ens avant que leurs arm?es du sud n?aient rejoint la fronti?re du nord.

C?est l? que le marquis de Safi le g?n?ral de l?arm?e de la ligue fit preuve d?audace et de g?nie. En effet, au lieu d?attaquer la cit? imp?rial, comme s?y attendait les imp?riaux, il ordonna ? ses troupes de marcher sur Colopi, l?ex-capitale de l?archi-duch? de Lozan sous-d?fendue et couper les arm?es imp?riales en deux, et m?me, ouvrir la route sur Yr?, la deuxi?me ville Ashur?enne.

C?est ainsi que Fabrice se trouvait l?, ? vingt kilom?tres au nord de Colopi, sur cette petite colline. C??tait en effet la division d?Harwick/Fort-ville qui devait tenir le flanc gauche de l?arm?e de la ligue. Or, les troupes ashur?ennes laiss?es en garnison dans la ville semblaient vouloir d?border le g?n?ral de Safi justement par l?.

Les fantassins qui avaient tente? de s?emparer du bois o? ?tait positionn? quelques pi?ces d?artillerie ennemi avaient ?t? surpris par les soldats ashur?ens embusqu?s en nombre dans les bois.

La cavalerie ennemie avait alors jaillit hors d?une ravine et a prit les soldats qui battaient en retraite ? revers. Un vrai massacre.

D?sormais, les lignes imp?riales se rapprochaient de la batterie, ?tablie en haut d?une colline, d?fendue par 2000 fantassins.

?

-H? ho !! Fabrice tu m??coutes ?
-Hein ? Quoi sergent ?
-Diminue la hausse, si on continue ? tirer comme ?a on touchera rien ? part leur cadavres.

-Oui sergent !! ?

Fabrice diminua l?angle de tir pendant que Monfred et Samuel chargeaient un nouveau boulet. Le sergent vint ensuite v?rifier le travail accompli, fron?a les sourcils, et effectua ? nouveaux quelques r?glages mineurs.

Fabrice fit feu et le projectile mortel s?envola de son tube et s??crasa en plein milieu des lignes ashur?ennes, causant une dizaine de victime.

Ce tir r?ussi fit naitre un cri de joie parmi les artilleurs des environs, et tous s?empress?rent de baisser eux aussi leur angle de tir. L?humeur ?tait bonne enfant parmi les membres de la batterie depuis que les canons imp?riaux avaient ?t? d?truits dans le bois, avant la contre-attaque. Rien n??tait plus plaisant que de bombarder sans ?tre pilonn? en retour.

Pendant encore plusieurs minutes, Rosalie continua de faire des ravages parmi la pi?taille qui avan?ait au rythme de la trompette ? deux pavillon, l?instrument ashur?en par excellence.

?

-Je vois que vous avez toujours l??il sergent Martin, cria quelqu?un pour se faire entendre malgr? le vacarme ambiant. ?

C??tait le g?n?ral Bertrand de Fort-ville, l?officier qui dirigeait la division. Les deux hommes s??taient connues quand ce dernier n??tait encore que simple capitaine et dirigeait la batterie.

?

-Quoi ??
- Je disais que vous ?tes vraiment la meilleure ?quipe d?artilleur de cette foutue arm?e Martin !!
-Ah, merci Bertrand. Sa fait toujours plaisir de l?entendre. Et vous !! Qu?est que vous attendez ? Continuez ? tirer !! ?

Fabrice, Monfred et Samuel se remirent ? leur labeur apr?s un salut au g?n?ral, tout en ?coutant ce que les deux v?t?rans se racontaient. Ils ?taient toujours ?tonn?s de voire ? quel point le g?n?ral et le modeste sergent oubliaient le protocole lorsqu?ils discutaient.

?

- Que faites-vous l? ? Vous daignez enfin de sortir de votre tente pour aller sur le terrain ? Et sans vos aides de camp en plus !!
-Elle n?est pas loin derri?re, le bruit qui r?gne ici les incommodent. Je viens ici voire en personne l?avanc?e des troupes ennemies. Dit-il en sortant sa longue vue. Mhmm, je vais demander des renforts ? de Safi, je ne sais pas si on pourra tenir cette colline.
-Vous croyez qu?il va faire venir la division volante ?
-Non, mais il fera peut-?tre revenir nos r?giments de cavalerie, surtout qu?il n?en a plus besoin depuis qu?il a reprit le pont d?Orobi.
-Pfff, tous pareil ces haut-grad?s !! Sans vouloir te vexer Bertrand.
-Non non, ce n?est rien. Bon, je vais devoir te laisser, m?me les estafettes refusent de me suivre ici. ?

Deux minutes plus tard, les premiers soldats ashur?ens atteignaient les contreforts de la colline. Les fantassins nordistes, retranch?s dans des tranch?es sommaires, les accueillirent par plusieurs salves des plus chaleureuses.
?

-On passe au shrapnel les gars !! M?che de 3 secondes !! ?

La plupart des ?quipes d?artilleur firent le m?me choix et les projectiles meurtriers d?chiquet?rent les lignes ennemies, lib?rant leurs projectiles mortelles sur les malheureux en contrebas.

Vint ensuite un corps-?-corps meurtrier de plusieurs minutes, o? la ba?onnette rempla?a bien vite les balles. Les artilleurs furent contraints d?observer le massacre de leurs camarades en tirant sur l?arri?re des forces imp?riales.

Finalement, les nordistes d?cim?s battirent en retraite. Les ashur?ens n??taient pas en meilleur ?tat et beaucoup de leur camarades jonch?s le sol de la plaine et le flanc de la colline.

?

-Chaaaaargez les boites ? mitrailles !! hurla le capitaine de Lafor?t, responsable de la batterie. ?

Tous ob?irent et se mirent ? attendre l?arriv?e des imp?riaux. La tension ?tait ? son comble, nombre ?taient ceux qui, comme Fabrice n?avaient jamais eut besoin d?utiliser la mitraille.

Les fuyards nordistes atteignirent la batterie les premiers. Certains d?entre eux prirent position entre les canon, pr?s ? les d?fendre, mais la plupart continu?rent leur chemin sous les hu?s des artilleurs. Certains d?entre eux tent?rent de ce joindre ? eux mais le capitaine de Lafor?t en abattit un d?une balle dans la t?te et hurla :

? Vous ?tes membres de la batterie Harwick/Fort-ville !! Le Roi lui-m?me s?est rendu ? rendu ? Port-nouveau pour nous f?liciter !! Nous sommes une des meilleures batteries de la ligue !! Vous voulez voire vos camarades de Warren au campement apr?s avoir l?chement abandonn? votre poste ? Non ? Alors reprenez votre poste m?cr?ant !! Et plus vite que ?a !! ?

Fabrice n?avait m?me pas song? ? fuir : le sergent ne semblait pas soucieux pour un sou et son impassibilit? ?tait communicative.

Quand les imp?riaux franchirent la ligne de drapeaux oranges marquant la ligne des 150 m?tres, tout les canons firent feu.

La spectacle ?tait abominable !! Les deux premi?res lignes furent par endroits compl?tement an?anties. La charge ralentit l?g?rement mais les officiers ennemies firent rapidement r?gner l?ordre ? nouveau et les fantassins se mirent ? courir de plus belle.

A 100 m?tres, leurs homologues nordistes restaient au cot?s des artilleurs firent feu, et qelques hommes tomb?rent ? nouveau chez les imp?riaux.
Fabrice, Samuel, Manfred et le sergent sortirent leurs ?p?es du fourreau, pr?t ? combattre.

Archange

Messages : 10
Date d'inscription : 18/01/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum